Accueil  /  Pays de la Loire  /  Beaurepaire
Championnat national d'Estrildidés, une passion
 
Beaurepaire - Publié le 09/09/2016 à 02:32
championnat-national-destrildides-une-passion
Guy Catalano de Marseille, Serge Trinel de Blois et le commissaire en charge du concours, Christian Delfosse de La Roche-sur-Yon réceptionnent les oiseaux et les transfèrent dans les cages de concours.
 

La 14e édition du concours national des éleveurs d'Estrildidés a débuté jeudi dans la salle de sport. Une centaine d'éleveurs d'oiseaux sont présents jusqu'à dimanche.

Les éleveurs venus de toute la France, présentent jusqu'à dimanche, environ 1 200 oiseaux de petite taille aux couleurs chatoyantes, appelés plus communément « passereaux ».

Un éleveur sélectionneur

Aurélien Gauvrit, 26 ans, a découvert cette passion, il y a dix ans. Il élève aujourd'hui à Saligy, douze couples de mandarins et 20 couples de perruches ondulées. « Chaque couple me donne, en moyenne, trois à quatre portées par an, avec à chaque fois, quatre à six oeufs », précise Aurélien. Il convient de veiller chaque jour à ce qu'ils aient à disposition à manger et à boire. Il s'agit d'un mélange de graines exotiques que chaque oiseau consomme à hauteur de 15 à 25 grammes par jour en fonction de son âge.

La saison de reproduction démarre fin février-début mars et s'achève fin août quand les nids sont retirés pour mettre au repos les couples de reproducteurs. Les plus beaux spécimens sont alors sélectionnés et mis en cage séparée, pour les préparer aux concours qui ont lieu généralement en septembre, en vue du championnat du monde.

« La sélection est un art qui relève de la bonne connaissance des règles de base de la génétique. Personnellement, pour mes mandarins, je recherche toujours à revenir au type sauvage, de manière à conserver les gênes originaux (couleur grise). Pour cela, je conduis une lignée pure grise, que j'accouple avec une femelle brune », explique Aurélien.

Une sécurité sanitaire renforcée

Lors des championnats, les oiseaux vont être comparés à un standard de l'espèce. Les oiseaux qui se rapprocheront le plus du standard, seront désignés champion. Pour être impartiaux, les juges utilisent une fiche de pointage qui aujourd'hui est transférée sur une tablette électronique, pour une première en France.

Aurélien semble très motivé, mais plus que le concours en lui-même, il a surtout envie « de se retrouver entre amis pour échanger sur leur technique d'élevage entre passionnés ».

En raison de l'épidémie de grippe aviaire, tout éleveur doit présenter une attestation de provenance, délivrée par les services vétérinaires de son département. L'exposition fait l'objet d'une visite sanitaire d'un vétérinaire, chargé de vérifier le respect des consignes sanitaires. Tous les oiseaux sont originaires d'un pur élevage, identifié auprès d'une fédération reconnue. Aucun ne provient d'un prélèvement dans la nature.

Le commissaire du concours, Christian Delfosse, éleveur yonnais, rappelle que l'exposition recevra des classes d'enfants en après-midi et qu'elle sera ouverte au public le samedi et le dimanche jusqu'à 15 h.

Samedi 10 septembre, ouverture au public de la salle des sports, de 9 h à 18 h et dimanche 11, de 9 h à 15 h ; entrée 2 € pour les adultes. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans. Contact : Christian Delfosse, tél. 06 27 65 91 41.

Accueil  /  Pays de la Loire  /  Beaurepaire
Des écoliers, émerveillés par la beauté des oiseaux
 
Beaurepaire - Publié le 10/09/2016 à 01:45
des-ecoliers-emerveilles-par-la-beaute-des-oiseaux
Les jeunes écoliers sont admiratifs devant ces petits passereaux que leur présente un éleveur.
 

Le championnat national d'estrildidés a lieu ce week-end. Hier, trois classes d'écoliers sont venues découvrir les volatiles, sous les conseils des éleveurs.

Reportage

Comme annoncé, trois classes de l'école Saint-Joseph ont répondu, ce vendredi, à l'invitation des organisateurs de l'exposition d'estrildidés. Divisés en plusieurs groupes de quinze, les jeunes élèves ont écouté avec beaucoup d'attention les commentaires de Christian Delfosse, le commissaire et les éleveurs fiers de présenter leur travail de sélection pour obtenir de merveilles couleurs mutation, plus chatoyantes les unes que les autres.

« D'où viennent-ils ? Comment reconnaît-on le papa de la maman ? Pourquoi sont-ils de différentes couleurs ? » Autant de questions auxquelles ont dû répondre les éleveurs.

Différencier mâle et femelle

« Pourquoi ont-ils un bracelet ? », a demandé un jeune de CP. Ils ont appris que la bague par sa couleur, les codes qu'elle porte, sert à identifier l'animal et l'éleveur.

Ils leur ont aussi appris à différencier le mâle de la femelle. Cette dernière a un plumage plus terne pour ne pas être repérée par les prédateurs, le plumage flamboyant des mâles servant lui à disperser ces derniers.

Tout ce vendredi, les oiseaux sont présentés dans leur cage à un jury composé de deux juges. « Onze juges vont officier », précisent Christian Delfosse et Michel Van den Biesen, juge national CNJF, qui explique le rôle du juge. Il consiste à vérifier l'identité de l'oiseau, prendre en compte son sexe, sa race et sa mutation, déterminée par la couleur du plumage (il existe 130 mutations chez le mandarin) et attribuer une note sur 100 points. Un oiseau est classé champion quand il atteint au moins 90 points.

Samedi 10 septembre, ouverture au public de la salle des sports, de 9 h à 18 h et dimanche 11 septembre, de 9 h à 15 h ; entrée 2 € pour les adultes. Gratuit pour les enfants de moins de 12 ans. Pour tout renseignement, contacter Christian Delfosse, tél. 06 27 65 91 41.

Accueil  /  Pays de la Loire  /  Beaurepaire
Beaurepaire. Didier Merlet adore ses petits oiseaux colorés
 
Beaurepaire - Publié le 09/09/2016 à 15:32
didier-merlet-adore-ses-petits-oiseaux-colores
Didier Merlet aime ses oiseaux qu’il garde dans des cages ou des volières, dans un coin de son jardin. | Ouest-France 
 

Résidant aux Herbiers et membre du Canari-club herbretais, Didier Merlet a commencé à élevé des estrildidés, de la famille des passereaux, il y a six ans. Diamant de Gould, diamant de Bichenov, diamant azuver... sont autant d'oiseaux qui se distinguent par leurs couleurs chatoyantes.

« J’étais présent au championnat de France, en 2014, où je suis arrivé deuxième, avec des emblèmes peints. Une belle surprise pour mon premier championnat », raconte Didier Merlet.

Dans son jardin, il a aménagé des cages et des volières pour accueillir 120 oiseaux de petite taille. Il possède également des canaris et des moineaux du Japon. Concernant ces derniers, Didier Merlet explique qu'ils ont la particularité d'élever les oiseaux des autres. 

Au championnat national d’estrildidés, organisé ce week-end à Beaurepaire, l'éleveur herbretais ne va pas concourir. "Mes oiseaux sont en pleine mue. Ils ne seront pas beaux." Il participe, cependant, à l'installation du matériel. 

À la foire des Minées, en cours à Challans, il va proposer à la vente 26 oiseaux. En novembre, il sera bien aux championnats départemental et régional prévu aux Herbiers. 

Samedi 10 septembre, de 9 h à 18 h, et dimanche 11 septembre, de 9 h à 15 h, championnat national d’estrildidés, à la salle de sport, rue de la Galissonnière, à Beaurepaire. Tarifs : 2 € ; gratuit pour les moins de 12 ans. Renseignements : 06 27 65 91 41.

Accueil  /  Pays de la Loire  /  Beaurepaire
A Beaurepaire, un millier de petits oiseaux exotiques à admirer
 
Beaurepaire - Publié le 10/09/2016 à 15:29
beaurepaire-un-millier-de-petits-oiseaux-exotiques-admirer
Charles Delaunay montre le diamant de Gould qui viendra rejoindre sa petite famille.
 
 O.F diamche

 

Reportage de la télévision vendéenne
au National Estrildidés de BEAUREPAIRE
 
 
 
Cette vidéo est au format HTML5. Elle fonctionne sur tous les navigateurs dans leurs versions récentes et parfaitement bien sur tous les périphériques mobiles (tablettes, smartphones... ).